Diagnosis card

Fiche diagnostic

Le pied noir de la tomate

Il s’agit d’une maladie causée par un champignon pathogène du genre Phoma dont la dénomination anglaise est : Didymella lycopersici (nom sous lequel elle apparaît plus fréquemment).

Biologie, symptômes et dégâts

Elle est surtout connue pour les dégâts qu'elle occasionne sur les tiges et, à un moindre degré, sur les fruits. L'humidité est le facteur qui influence le plus son développement.

Des chancres peuvent apparaître sur la tige : à sa partie basse, à la surface du sol ou juste au-dessous (pied noir), en hauteur au niveau des blessures d'effeuillage et d’ébourgeonnage.

Ces chancres sont plutôt humides et brun sombre. Ils s'étendent et ceinturent progressivement la tige.

À terme, il n'est pas étonnant de constater le jaunissement, le flétrissement et le dessèchement des folioles situées en aval des lésions. Lorsqu'un chancre a ceinturé le collet, la plante peut mourir.

Des altérations se développent aussi sur les fruits, qui peuvent se momifier progressivement ou tomber. Les symptômes sur fruits apparaissent aussi durant leur conservation et leur commercialisation.

Sur les folioles, on peut observer des taches d'abord brunes et humides, surtout localisées en périphérie du limbe.

Sur tous les organes affectés, on observe de minuscules structures globuleuses brunes à noires. Elles sont très nombreuses sur les fruits, plus clairsemées sur les tiges, rares sur les folioles.

Méthodes culturales

Arracher et éliminer rapidement les plantes attaquées en les glissant dans un sac plastique.

Les débris végétaux devront être sortis des parcelles et détruits. Ils ne devront en aucun cas être enfouis dans le sol.

Respecter une rotation culturale de plusieurs années.

Eviter de faire alterner la tomate avec d’autres solanacées ou de laisser des adventices de cette famille botanique dans la parcelle, en particulier la morelle noire.

Désinfecter à l’eau de javel, notamment, le matériel ayant été en contact avec des plantes malades.

Recouvrir les piquets d’un film de polyéthylène transparent et exposés soleil en période estivale, pour détruire une forte proportion de l’inoculum présent.

Méthode de prophylaxie et mesures préventives

Eviter les irrigations par aspersion. On préférera l’irrigation localisée.

Lutte chimique

En cas de forte attaque, il vous est possible d'utiliser un fongicide, qui soit homologué, autorisé et portant la mention "Emploi autorisé dans les jardins". Renseignez-vous dans un magasin spécialisé auprès d'un conseiller certifié.

Pour information, les produits conventionnels, c'est-à-dire ceux issus de la synthèse chimique, vont être retirés de la vente aux jardiniers amateurs à partir du 1er janvier 2019.