Diagnosis card

Fiche diagnostic

Le puceron noir du cerisier

L’adulte aptère (sans ailes) mesure 2 mm de long, globuleux, de couleur noir brillant.

Biologie, symptômes et dégâts

Ce puceron effectue son cycle sur deux types de plantes hôtes : les hôtes primaires sont le cerisier et le merisier. Tandis que les hôtes secondaires sont les gaillets, les véroniques et les aspérules (qui sont des rubiacées, comme le gaillet).

L’hivernation se fait à l’état d’œuf pondu sur le tronc, sur les branches, ou encore à la naîssance des bourgeons du cerisier. L’œuf d’hiver éclôt au débourrement et donne naissance à une femelle fondatrice qui apparaît aux environ de mars – avril.

Plusieurs générations peuvent se succéder du printemps à l’automne. Elles sont situées généralement à l’extrémité des pousses de l’arbre ou bien à la face inférieure des feuilles.

Les feuilles se recroquevillent en s’enroulant ; se gaufrent avant de se rassembler en paquets souvent très denses qui attirent de très nombreuses fourmis à cause de son abondante production de miellat. Celui-ci provoque des brûlures et le dessèchement des feuilles.

Méthode de prophylaxie et mesures préventives

Une application d’huile paraffinique en hiver est efficace contre les œufs d’hiver présents sur l’écorce et ne met pas en péril la faune auxiliaire du verger.

Les fourmis favorisent le développement des pucerons : les tenir à distance par la pose d’un collier couvert de glu.

Méthode biologique

Divers auxiliaires se nourrissent de pucerons (larves de coccinelles, syrphes, chrysopes). La coccinelle, véritable prédateur peut dévorer jusqu’à 150 pucerons par jour et débarrasser le jardinier de ces parasites. Afin de favoriser leur présence dans votre jardin, il est possible d'y installer un hôtel à insectes où d'acheter des auxiliaires dans le commerce. 

Vous pouvez vaporiser en préventif sur vos rosiers, des décoctions de tanaisie ou de purin d’ortie dilué, qui auraient un effet répulsif sur les pucerons. Ceci doit être renouvelé régulièrement.

Lutte chimique

Il existe dans le commerce des insecticides autorisés et homologués, portant la mention « Emploi autorisé dans les jardins », adaptés pour se débarrasser des importuns, préférez ceux à action systémique. Les pucerons sont nuisibles mais non mortels et quelques feuilles disgracieuses n'altéreront pas l’esthétisme global de la plante. En cas d'invasion notable et uniquement en cas de très forte infestation, un traitement exécuté dans les premiers jours ne laissera pratiquement aucune trace de l'attaque.
Renseignez-vous dans une jardinerie (ou un magasin spécialisé) auprès d’un conseiller jardin certifié.

Pour information, les produits conventionnels, c'est-à-dire ceux issus de la synthèse chimique, vont être retirés de la vente aux jardiniers amateurs à partir du 1er janvier 2019.

Fiches associées