Diagnosis card

Fiche diagnostic

Les Pucerons du melon sur cucurbitacées

Ce puceron, Aphis gossypii, s’attaque principalement aux Cucurbitacées, mais aussi parfois aux agrumes et aux cotonniers.

Biologie, symptômes et dégâts

Les dégâts sont particulièrement importants sur Courgette, melon, Concombre, Aubergine et Fraisier. On le retrouve particulièrement sous abris où il vit en colonies sous les feuilles, provoquant leur crispation. Les dégâts principaux sont dus aux piqures effectuées sur les feuilles afin de se nourrir de la sève ainsi qu’à la production de miellat. En effet, cette substance sucrée et collante est propice à l’apparition du champignon de la fumagine. Ce puceron peut aussi être vecteur de virus.

Supportant très bien les grosses chaleurs, il peut y avoir près de 60 générations par an. Il entretient une relation mutualiste avec les fourmis.

Méthode de prophylaxie et mesures de prévention

Les auxiliaires (larves de coccinelles, syrphes, chrysopes) en sont friands. La coccinelle, véritable prédateur peut dévorer jusqu’à 150 pucerons par jour et débarrasser le jardinier de ces parasites. Pour favoriser leur présence dans votre jardin, il est possible d’y installer un hôtel à insectes.

Méthode biologique

Utiliser des décoctions de tanaisie ou de purin d’ortie dilué, à l’effet répulsif très efficace sur les pucerons.

Lutte chimique

Il existe dans le commerce des insecticides adaptés pour se débarrasser des importuns, préférez ceux à action systémique. Assurez-vous de vous munir d'un insecticide autorisé et homologué, portant la mention "Emploi autorisé dans les jardins". N'employer les grands moyens qu'en cas d'absolue nécessité. Les pucerons sont nuisibles mais non mortels et quelques feuilles disgracieuses n'altéreront pas la qualité de la récolte.

Renseignez-vous dans une jardinerie (ou un magasin spécialisé) auprès d'un conseiller jardin certifié.

Pour information, les produits conventionnels vont être retirés de la vente aux jardiniers amateurs à partir du 1er janvier 2019.