Diagnosis card

Fiche diagnostic

Les tenthrèdes

Les tenthrèdes, dites aussi " mouches à scie " sont de petits insectes ailés. Elles se nourrissent de sève et pour ce faire broient les bourgeons; quand les feuilles se déplient, elles sont généralement déformées.

Biologie, symptômes et dégâts

Ces insectes pondent aussi des œufs sur les plants; au moment de l'éclosion, les larves semblables à de petites chenilles de papillons se nourrissent du feuillage en faisant des dégâts plus ou moins importants.

Les Tenthrèdes (Allantus cinctus et Endelomyia aethios) ont une répartition mondiale surtout dans l'Hémisphère Nord : environ 4000 espèces; quelques espèces ressemblent à des guêpes mais sans taille marquée. Chez la plupart des espèces, les adultes émergent vers la mi-mai.

La femelle est un insecte solitaire qui ressemble à un moucheron brun ou noir. Son abdomen peut être jaune ou orangé. À l’aide d’un organe dentelé appelé ovipositeur, elle découpe des fentes sur les feuilles et les tiges pour y déposer ses œufs.

Les larves de tenthrèdes sont souvent confondues avec des chenilles. Selon l’espèce, leur couleur peut varier du bleu vert au jaune verdâtre. Elles sont parfois ornées de poils et de points noirs ou blancs.

Certaines tenthrèdes (Caliroa cerasi), communément appelées "tenthrèdes-limaces" ont des larves semblables à de petites limaces noires, visqueuses d'environs 5mm de long, à la tête plus large que le reste du corps. Elles se nourrissent aussi des feuilles, et apprécient particulièrement les Cerisiers, Poiriers et Pruniers. 

Il est essentiel de savoir distinguer les tenthrèdes des chenilles afin de choisir un traitement approprié. Les véritables chenilles ont trois paires de pattes thoraciques et de deux à cinq fausses pattes abdominales, appelées pseudopodes. Les larves de tenthrèdes ont, elles aussi, trois paires de pattes thoraciques, mais elles portent entre 12 et 14 fausses pattes.

Les tiges ou les feuilles se déforment à l’endroit où la femelle a pondu ses œufs. Les larves s’alimentent en groupe près du lieu de leur émergence. Certaines tenthrèdes squelettisent le feuillage, en dévorant le limbe jusqu’aux nervures. D’autres ne se nourrissent que de la face supérieure ou inférieure du limbe.  

Méthodes biologiques  

- Taillez les tiges déformées par la présence d’œufs et celles dont les larves se nourrissent, dès leur apparition. 

- Attrapez les fausses chenilles et noyez-les dans une solution d’eau savonneuse. Même si elles ont un air menaçant, il n’y a aucun danger à manipuler les tenthrèdes.  

- En dernier recours, le savon insecticide peut servir à détruire les larves. Pour que le traitement fonctionne, les ravageurs doivent être présents au moment de l’application du produit.  

- Le BT, (Bacillus thuringiensis ssp. Kurstaki), que l’on utilise contre les véritables chenilles est inefficace contre les tenthrèdes.  

Mesures prophylaxiques et méthodes préventives  

- Observez régulièrement le feuillage de la mi-mai à la mi-juillet.  

- Intervenez dès que ces ravageurs sont identifiés. Il est toujours plus facile de régler le problème au début d’une infestation.  

- À la fin de leur développement, les larves se laissent tomber au sol et tissent un cocon pour hiverner à l’état de nymphe dans la litière. Binez le sol au pied arbres, à la fin du mois de septembre, et répétez l’opération au printemps, avant la mi-mai. Vous exposerez ainsi les cocons et les nymphes aux intempéries et aux prédateurs.  

- Cultivez une grande variété de plantes. Vous favorisez ainsi la présence des ennemis naturels des tenthrèdes: les oiseaux, les insectes prédateurs et les guêpes parasitoïdes.

 - Des pièges contenant une solution sucrée peuvent être installés pour capturer les adultes, de la mi-mai à la fin juillet. Ils ont cependant l’inconvénient de nuire à plusieurs espèces d’insectes utiles. Ils peuvent également attirer les guêpes.  

Lutte chimique  

En cas de forte infestation, utiliser un insecticide adapté et homologué, portant la mention « Emploi autorisé dans les Jardins ».   Renseignez-vous dans un magasin spécialisé auprès d’un conseiller certifié.

Pour information, les produits conventionnels, c'est-à-dire ceux issus de la synthèse chimique, vont être retirés de la vente aux jardiniers amateurs à partir du 1er janvier 2019.

Fiches associées