Diagnosis card

Fiche diagnostic

Les taches noires du rosier

Plus connu, comme la maladie des taches noires, le “Marsonia” (Marsonina rosae), s’il s’attaque surtout aux rosiers peut souvent se rencontrer sur d’autres fleurs. Aucune région n’est épargnée, le champignon sévit partout.

Biologie, symptômes et dégâts

C’est généralement au printemps et particulièrement par temps humide que le champignon va se développer. Très rapidement un mycélium se developpe, sur lequel apparaissent des spores, élément de dissémination.Les spores, transportées par les gouttes d’eau et le vent, vont se répandre sur d’autres plantes saines, surtout pendant la période de végétation : de mars à septembre.

Parmi les responsables de leur présence, un mode de culture inadéquat : sol lourd, humide, plantation trop dense, manque d’ensoleillement, arrosage par aspersion et tout ce qui entraîne une humidité latente au voisinage des rosiers.

Des facteurs climatiques régionaux particuliers peuvent intervenir : vents océaniques frais et humides des régions côtières qui favorisent l’infection.Sous un climat humide, le champignon peut rester actif toute l’année. Les hivers particulièrement froids et les étés chauds limitent le développement du champignon.

Les rosiers réclament du soleil et ne doivent jamais être plantés à l’ombre. Toutefois, quelques variétés naines peuvent s’en accommoder. Arbustes de pleine terre, ils se plaisent rarement en pot.

De larges tache circulaires jaunes puis brunes puis noirâtres de 8 à 15 mm de diamètre apparaissent à la surface des feuilles. L’épiderme de la feuille s’amincit provoquant une chute prématurée de celle-ci. Les attaques de “Marsonia” peuvent devenir graves en cas de grosses infestations et défolier complètement le rosier surtout de juillet jusqu’à l’automne. Le champignon peut également s’attaquer à la partie qui relie la feuille au rameau, de même que les fruits qui se couvrent de taches noires semblables à celles des feuilles. Les pétales peuvent présenter des mouchetures rouges accompagnées de déformation.

Il n’est pas rare, que de l’oïdium et du mildiou viennent s’y ajouter.

Méthodes prophylaxiques et mesures préventives

Avant tout, il est impératif de ramasser et d'éliminer toutes les feuilles atteintes du végétal. Ne pas les mettre au compost.

Lutte chimique

En cas de forte attaque, il vous possible un produit fongicide autorisé et homologué, portant la mention « Emploi autorisé dans les jardins ». Renseignez-vous dans une jardinerie (magasin spécialisé) auprès d’un conseiller certifié.

Pour information, les produits conventionnels, c'est-à-dire ceux issus de la synthèse chimique, vont être retirés de la vente aux jardiniers amateurs à partir du 1er janvier 2019.

Fiches associées