Diagnosis card

Fiche diagnostic

La fumagine sur les agrumes

On entend par « fumagine » une maladie cryptogamique, c'est-à-dire un champignon de type Capnodium oleaginum ou Fumago salicina qui se développe, vit et se nourrit sur les dépôts de miellat.

Biologie, symptômes et dégâts

Il se caractérise par une fine croûte noirâtre ressemblant à de la suie. Le miellat, quant à lui, est une substance luisante, collante et sucrée sécrétée principalement par certains insectes dits « suceurs piqueurs » de sève : pucerons, cochenilles, aleurodes, thrips, psylles, cicadelles, etc. Ces insectes sucent la sève contenant des sucres et d'autres éléments fabriqués lors de la photosynthèse. Après digestion, ils rejettent les sucres en excès et forment alors le miellat qui se dépose sur les feuilles.
Ces insectes sont donc les vecteurs de la fumagine, cette dernière n'étant qu'une apparition secondaire de l'attaque parasitaire.
Les plantes généralement attaquées sont les rosiers, les arbres fruitiers et les agrumes, les rhododendrons, les hortensias et camélias, les lauriers-roses, etc.
Les fourmis raffolent du miellat et font des élevages de pucerons… Si vous en voyez une colonie... Peut-être apercevrez-vous aussi du miellat et de la fumagine sur vos plantes.

Une plante déjà affaiblie par les insectes "suceurs piqueurs" peut voir ses défenses encore amoindries par la présence de fumagine. Cette dernière réduit le développement et la croissance de la plante en diminuant la lumière, donc la photosynthèse établie par les feuilles, donc le processus vital de la plante. Les feuilles finissent par s'asphyxier sous l'obstruction des « pores » nécessaires à la photosynthèse : elles jaunissent puis tombent.
La fumagine n'est qu'un dépôt superficiel, qui ne pénètre pas dans les tissus de la plante. Il suffit de la gratter avec les ongles, une brosse à dents... pour voir apparaître les feuilles indemnes de lésions.
Cette maladie s'observe principalement pendant les beaux jours, les étés chauds, de juillet à octobre.

Méthodes biologiques

Etant un effet secondaire d'une attaque parasitaire, comme nous avons pu le voir précédemment, il ne suffit pas seulement de nettoyer la plante de la fumagine mais de supprimer la source du problème.
- Nettoyer la plante, en essayant d'enlever un maximum de fumagine et de miellat, enlever les feuilles les plus atteintes et les brûler (ou les mettre à la poubelle), afin d'éviter la propagation sur d'autres feuilles.
- Suivez les fourmis ! Sinon recherchez par vous-même la colonie de pucerons ou de cochenilles sur vos agrumes responsables du miellat et donc de la fumagine ! Traiter alors en conséquence, biologiquement si possible ! - En supprimant ces insectes, le miellat va se tarir par la même occasion et cela entraînera la suppression progressive et "naturelle" de la fumagine.

Mesures prophylaxiques et méthodes préventives

Planter des végétaux qui attireront les insectes (ex : capucines); ces derniers laisseront alors les autres plantes tranquilles.
Dernier conseil : attention de ne pas confondre la fumagine avec le Botrytis (= pourriture grise).

Lutte chimique

Avant d’utiliser un produit fongicide (contre le champignon), il est important de déterminer la raison pour laquelle le champignon apparait et ainsi de traquer les insectes qui en sont à l’origine. Il vous est possible, en cas de forte infestation d’utiliser un produit insecticide homologué, autorisé et portant la mention « Emploi autorisé dans les Jardins ». Si le problème persiste et que vous ne voyez pas d’insecte (l’attaque est « passée », les insectes sont ainsi partis), il vous est possible également d’utiliser un produit fongicide, homologué et autorisé, portant la mention « Emploi autorisé dans les Jardin ».Quoi qu’il en soit, renseignez-vous auprès d’un conseiller certifié, dans un magasin spécialisé.

Pour information, les produits conventionnels, c'est-à-dire ceux issus de la synthèse chimique, vont être retirés de la vente aux jardiniers amateurs à partir du 1er janvier 2019.

Fiches associées